Ils ont gravé leurs rêves sur la pierre

Ils ont gravé leurs rêves sur la pierre

J’ai souvent été frappée par ce besoin irrépressible qu’a l’homme de vouloir, à travers les âges, marquer son passage. Peu importe l’époque, la culture, la géographie, l’humain a toujours eu pour souci de livrer aux autres, aux prochains, son histoire, son quotidien, ses rêves.

Pétroglyphes Wadi Rum

En parcourant le monde, je me suis souvent arrêtée devant pétroglyphes, hiéroglyphes et tags. De Louxor à Berlin, du désert du Wadi Rum aux « murals » de Philadelphie, on y parle politique, art, savoir-faire, quotidien, humeurs. On retrace la vie d’êtres exceptionnels, on y livre des commandements et on porte des messages de morale et d’espoir.

J’ai trouvé sur les chemins du monde, un langage universel qui rassemble les peuples par-delà les frontières et les océans, faisant fi des différences culturelles, ethniques, religieuses ou sexuelles.

Mur de Berlin

Ego démesuré que celui qui croit intéresser autrui avec son histoire et son temps ou générosité absolue dans le geste de partage posé sur la roche qui n’attend aucun retour?

Les pierres du monde nous racontent tant d’histoires et de rêves, témoignent de tant de génie et tourments, qu’elles constituent à elles seules certains des plus beaux itinéraires humains à découvrir.

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *